Exposition “Le corail : Cet animal fascinant qui traverse le temps”

14 mai 2024 par Anne Cloarec-Quillon
Du 1er juin au 28 septembre 2024, Orgon

Le corail : Cet animal fascinant qui traverse le temps

Présentation

Le corail, animal invertébré appartenant à l’embranchement des Cnidaires a longtemps été considéré comme appartenant au règne végétal. Les auteurs antiques tels que Pline, Théophane ou Dioscoride, dans leurs traités de médecine ou de botanique, le définissaient comme une plante. Il serait né, selon la légende grecque, des gouttes de sang tombées sur l’une des gorgones à qui Persée aurait tranché la tête, pour libérer Andromède.
Les scientifiques se détachent difficilement de ce mythe, qui fait du corail un élément à la fois végétal et minéral qui durcit à l’air, avant l’Époque moderne et les travaux de Jean André Peyssonnel au XVIIIIe siècle puis d’Henri Lacaze Duthier au XIXe siècle.

Pourtant, le corail est bel et bien un animal et un animal aux capacités d’adaptation fascinantes puisque contrairement à de nombreux invertébrés, ce groupe apparu durant le Paléozoïque est parvenu jusqu’à nous après avoir traversés plusieurs crises évolutives majeures ayant entraînées de nombreuses extinctions. L’histoire de ce groupe à travers la grande diversité des espèces fossiles découvertes dans les roches témoigne d’une longue évolution. Les coraux sont parvenus à s’adapter malgré les profonds changements environnementaux qui ont affecté les écosystèmes marins depuis plus de 500 millions d’années. Les fossiles de coraux que l’on trouve dans les calcaires d’Orgon et de la région mettent en avant quelques-unes des modifications environnementales et climatiques ayant affecté la Provence au cours de son histoire géologique.

L’homme est très vite attiré par ce matériau à cause de sa brillance, de son éclat et de ses multiples nuances colorées. Il y attache aussi un symbolique toute particulière qu’elle soit religieuse ou prophylactique. Toutefois, sur la multitude d’espèces présentes sur la planète seul le corail rouge (parfois blanc s’il est albinos), le Coralium rubrum, est exploité dans l’artisanat. Les autres espèces se révèlent de moins bonne qualité pour un usage artisanal. Apprécié depuis l’âge du fer et exploité de manière importante voire intensive au Moyen Âge puis à l’Époque moderne, les branches de corail rouge sont arrachées aux fonds marins avant d’être transformées en perles, en pendentifs, en fibules, en dés à jouer, etc. D’autres usages sont moins connus mais sont tout aussi passionnants. Ainsi le corail a longtemps été mis en poudre et intégré à des pâtes à dentifrice, des produits cosmétiques ou encore à des préparations médicinales. Il a parfois même servi dans la métallurgie et notamment pour l’aciérage.

Le premier objectif de cette exposition est donc de présenter la longévité du corail depuis les périodes les plus anciennes jusqu’à nos jours en mettant en relief la diversité de ce groupe. Un deuxième volet de l’exposition sera consacré à l’utilisation du corail et à sa transformation en vue de la réalisation d’objets, ou de poudres utilisées par exemple en cosmétique ou en pharmacie.

Commissariat d’exposition

Fabrice Aubert et Marie-Astrid Chazottes

Informations pratiques

Musée Urgonia, Chemin des Aires, 13660 Orgon
04.90.73.09.54 / musee.urgonia@orgon.fr / www.musee-urgonia.fr
 
Inauguration : Vendredi 31 mai 2024 à 18h30
 
Du samedi 1er juin 2024 au samedi 28 septembre 2024
Du lundi au samedi : 10h-12h / 14h-17h30
Ouvertures exceptionnelles : le vendredi 31 mai de 18h30 à 20h ; le samedi 18 mai (jusqu’à 22h), le samedi 6 juillet (jusqu’à 23h) et le dimanche 22 septembre (10h-12h/14h-17h30)
 
Visite libre gratuite