Soutenance de thèse d’Anne-Sophie Brun

La thèse d’Anne-Sophie Brun est intitulée

Signes et inscriptions lapidaires dans la construction romane bas-rhodanienne, Recherches archéologiques au croisement de la glyptographie et de l’épigraphie dans les églises romanes de la région arlésienne

Composition du jury :
M. Andréas HARTMANN-VIRNICH (Aix Marseille Université – LA3M), Directeur de thèse
Mme Cécile TREFFORT (Université de Poitiers – CESCM), Rapporteur
M. Carlo TOSCO (Politecnico di Torino), Rapporteur
M. Nicolas FAUCHERRE (Aix-Marseille Université – LA3M), Examinateur
M. Jean-Louis VAN BELLE (Centre International de Recherches en Glyptographie), Examinateur

Résumé

Les inscriptions, les signes lapidaires et les graffitis ont souvent été étudiés de manière isolée. Cependant, la région de la Provence romane au XIIe siècle présente un phénomène particulier : une abondance de signes lapidaires comportant des lettres, parfois même sous la forme de noms. Cette étude vise à approfondir l’analyse des signes lapidaires alphabétiques dans trois édifices provençaux, à savoir Saint-Blaise, Saint-Trophime et Saint-Honorat-des-Alyscamps, tous situés dans la ville d’Arles. Ce, non plus uniquement du point de vue de l’archéologie du bâti, mais en incorporant une perspective épigraphique pour comparer les formes de lettres utilisées en tant que signes lapidaires avec celles des inscriptions provenant de la même région. Nous souhaitons tenter de déterminer si ces artefacts traditionnellement étudiés séparément doivent nécessairement être l’objet de distinctions disciplinaires. En tirant parti des études archéologiques antérieures menées par d’autres chercheurs, cette étude aspire à occuper un espace à la périphérie des domaines de l’archéologie du bâti, de l’épigraphie et de la glyptographie. En utilisant une cartographie sur plan des trois édifices examinés, nous chercherons également à analyser la répartition spatiale des signes lapidaires. L’une des forces de cette recherche réside dans l’élaboration d’une méthodologie novatrice, incluant la proposition d’une normalisation pour la publication de corpus de signes lapidaires. En outre, nous envisageons des développements futurs pour cette étude, notamment son extension à d’autres édifices de la région et l’application d’une approche similaire à l’étude des graffitis, y compris les représentations figuratives.
 
Plus d’informations : https://ecole-doctorale-355.univ-amu.fr/fr/soutenance/3348

Soutenance de thèse de Madick Gueye

Madick Gueye, doctorant au LA3M, soutiendra le 24 mars 2023 à 10h (Sénégal) sa thèse intitulée

L’étude du paysage culturel maritime de la presqu’île du Cap-Vert pendant la traite atlantique

Investigating the maritime cultural landscape of the presqu’île du Cap-Vert during the Atlantic slave trade

Jury

M. Eric Rieth, Rapporteur, Directeur de Recherche Émérite/CNRS
M. Boubou Aldiouma Sy, Rapporteur, Professeur des Universités, LSH/UGB
M. Philippe Hrodej, Examinateur, Maitre de Conférences UBS
M. Mor Ndao, Président du jury, Professeur des Universités, FLSH/UCAD
M. Ibrahima Thiaw, Directeur de thèse, Directeur de Recherche, IFAN-CAD
M. Nicolas Faucherre, Directeur de thèse, Professeur des Universités, LA3M/AMU
M. Filipe Castro, Examinateur, Professeur des Universités, U. Coimbra
Mme Gaëlle Dieulefet, Examinatrice, Maîtresse de Conférences, Université Nantes

Résumé de la thèse
Cette thèse porte sur le paysage culturel maritime de la presqu’île du Cap-Vert au cours de la période atlantique. Pendant plus de quatre siècles, le commerce entre les Européens et la presqu’île est réalisé par les navires négriers ancrés au rivage dans la baie de Gorée. Cette zone a servi de point d’interactions entre les Européens et la communauté Lébou (ainsi que d’autres commerçants venant de diverses contrées sénégambiennes) ; la mer et la terre ; et je la définis comme le théâtre des rencontres commerciales et culturelles historiques entre la presqu’île du Cap-Vert et l’Europe. Dans ce travail, cet espace d’échanges et d’interactions, y compris, le village de Bègne sur le littoral adjacent et toutes les autres activités qui s’y sont déroulées sont définis comme le paysage culturel maritime de la presqu’île du Cap-Vert. Le choix de la baie de Gorée (celle de Hann y inclut) pour une étude archéologique maritime est motivé par le rôle dynamique, durable, fondamental et très peu documenté de la presqu’île du Cap-Vert dans les interactions transatlantiques. Cette thèse a comme objectif principal d’étudier le rôle fondamental de la baie de Gorée dans la structuration de l’histoire sociale et économique de la presqu’île du Cap-Vert. Il s’agit d’analyser les sites archéologiques sous-marins mis au jour au large de l’île de Gorée et leurs environnements naturels et culturels, de déterminer les processus de formation qui les affectent. L’idée est d’élucider comme jamais auparavant le mécanisme des échanges transatlantiques, le flux de personnes, de marchandises, des idées au cours de ce moment clé pendant lequel s’ébauchent les contours du capitalisme naissant.
Thesis resume
This dissertation examines the maritime cultural landscape of the presqu’île du Cap-Vert during the Atlantic period. For more than four centuries, trade between Europeans and the region was carried out by slave ships anchored to the shore in the bay of Gorée. This area served as a point of interaction between the Europeans and the Lebou community (as well as other traders from various Senegambian regions); the sea and the land; and I define it as the theatre of historical commercial and cultural encounters between the presqu’île du Cap-Vert and Europe. In this work, this space of exchange and interaction, including the village of Bègne on the adjacent coastline and all the other activities that took place there, is defined as the maritime cultural landscape of the Cape Verde peninsula. The choice of the bay of Gorée (including Hann) for a maritime archaeological study is motivated by the dynamic, enduring, fundamental and largely undocumented role of the region in transatlantic interactions. The main objective of this dissertation is to study the fundamental role of the bay of Gorée in the structuring of the social and economic history of Dakar. The aim is to analyse the underwater archaeological sites uncovered off the island of Gorée and their natural and cultural environments, and to determine the formation processes that affect them. The idea is to elucidate as never before the mechanism of transatlantic exchanges, the flow of people, goods and ideas during this key moment in which the contours of nascent capitalism were being sketched out.

Soutenance de thèse de Beatrice Spampinato

Beatrice Spampinato, doctorante au LA3M en cotutelle avec l’Université Ca’ Foscari Venise, soutiendra le 3 mars 2023 à à l’université Ca’ Foscari de Venise sa thèse intitulée

L’architecture médiévale arménienne et italienne : une approche comparative. Analyse historiographique et révision méthodologique

sous la direction de Patrick Donabedian (LA3M) et de Stefano Riccioni (università Ca’ Foscari)

horaires et lieu : vendredi 3 mars à 10h du matin, à l’Université Ca’ Foscari, Sala Giovani Morelli, Sede Malcanto Marcorà, Venise.

cathédrale d’Ani (royaume bagratide d’Arménie, actuelle Turquie orientale, 989-1001)

Soutenance de thèse de Margot Hoffelt

Margot Hofflet, doctorante au LA3M, soutiendra sa thèse de doctorat le vendredi 31 mars 2023 à 14h (MMSH, salle Germaine Tillion) intitulée

Les couvents carmélitains en Provence. Etudes archéologiques et historiques sur l’architecture d’un grand ordre mendiant du XIIe au XVIe siècle

Le jury sera composé de :
Anne BAUD (professeur, Université Lumière Lyon 2), présidente du jury
Quitterie CAZES (professeur, Université de Toulouse Jean-Jaurès), rapporteuse
Pascale CHEVALIER (maître de conférences, HDR, Université de Clermont-Auvergne), rapporteuse
Jacques CHIFFOLEAU (directeur d’études, EHESS), examinateur
Nicolas FAUCHERRE (professeur, Aix-Marseille Université), examinateur
Andreas HARTMANN-VIRNICH (professeur, Aix-Marseille Université), directeur de recherche
Géraldine MALLET (professeur, Université Paul-Valéry-Montpellier 3), examinatrice

Résumé

Véritable mouton noir des recherches menées sur les communautés mendiantes, l’ordre des carmes, et à plus forte raison son architecture, n’ont été que très peu étudiés jusqu’ici et pour cause : les vestiges et les fonds archivistiques conservés des différents couvents établis par les frères sont souvent très lacunaires. Les présents travaux se proposent d’amorcer une rectification de ce différentiel par le biais du croisement des sources archéologiques et textuelles, au profit d’une étude pluridisciplinaire et diachronique, et dans les limites déontologiquement induites par les biais susmentionnés.

L’ordre des carmes est fondé en Terre Sainte à la toute fin du XIIe siècle, lorsqu’un petit groupe de religieux décide de s’implanter dans des grottes du Mont Carmel pour y mener un mode de vie érémitique et contemplatif sur les traces du prophète Elie. Officiellement fédérés sous une règle commune approuvée par Albert Avogadro, patriarche de Jérusalem, les frères sont contraints de quitter leur installation primitive à peine quelques décennies plus tard : s’établissant à Chypre, puis en Sicile, ils rejoignent finalement la côte provençale durant le deuxième tiers du XIIIe siècle et y instituent l’une de leurs toutes premières provinces administratives.

La province de Provence se développe initialement jusqu’au Languedoc et au Nivernais, avant d’être réduite en 1321 au territoire compressé entre le Rhône, les Alpes et la Méditerranée. Intégrant non moins de quarante-cinq fondations, son étude se révèle particulièrement déterminante en cela qu’elle a été créée sinon par la génération fondatrice de l’ordre, du moins par une génération suffisamment proche de cette dernière pour avoir été influencée par les dispositions originelles proche-orientales. Il s’agit donc d’un territoire pivot qui voit le basculement d’établissements essentiellement axés sur l’érémitisme et le troglodytisme vers des établissements conventuels émancipés des  aménagements rupestres.

Ces recherches doctorales ont voulu questionner l’individualité et l’évolution de l’architecture carmélitaine dans la province de Provence, au travers de l’identification de certains marqueurs spécifiques et de la mise en corrélation des productions architecturales des frères avec leur environnement immédiat – qu’ils’ agisse du contexte politique, religieux, social ou technique.

Les conclusions tirées du croisement de ces données auront permis de mettre en exergue la persistance de certains caractères qui distinguent l’ordre de ses homologues occidentaux, mais également l’apparition rapide d’une forme d’acculturation » induite par la circulation des hommes (maitres d’ouvrage, maitres d’ceuvre, bâtisseurs et artisans). Ces constats permettent de placer l’architecture de l’ordre sous le signe du syncrétisme. En tension perpétuelle entre la conservation de certains témoins identitaires et une propension à l’assimilation, elle incarne ainsi un canevas dont la trame complexe a encore beaucoup à révéler.

 

Soutenance de thèse de Sipana Tchakerian

Le mercredi 7 septembre 2022, Sipana Tchakerian soutiendra à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sa thèse de doctorat intitulée :

Les monuments crucifères à stèle quadrilatérale en Arménie et en Ibérie dans l’Antiquité tardive

Jury

Le jury est composé des deux directeurs de thèse, Dominique Pieri (Université Paris 1) et Patrick Donabédian (Université d’Aix-Marseille – LA3M), et de Nicolas Faucherre, Nina Iamanidze, Christina Maranci et Ioanna Rapti.

Informations pratiques

7 septembre 2022 à 14h00

Lieu : Salle 303 – 3ème étage – Institut d’art et d’archéologie, 3 rue Michelet 75006 PARIS

Plus d’informations : https://www.pantheonsorbonne.fr/soutenances/ed3b