UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Programmes collectifs > Programme européen > Francia Media

Aux portes méditerranéennes de Francia Media : genèse du paysage provençal (IXe-XIIe siècles)

Programme européen CEC Francia Media 850-1050

Conçu par le Centre d’Ename en Belgique, le programme européen Francia Media CEC (« Cradles of European Culture ») rassemble une vingtaine d’organisations (universités/centres de recherche, musées) relevant de onze pays européens. Bénéficiant du label « European Heritage », ce programme sera clôturé en 2015 par l’inauguration d’une « Route du Patrimoine » ponctuée de dix sites majeurs (Ename, Château de Prague, San Vitale de Ravenne... etc), de colloques, ainsi qu’une exposition internationale ayant pour thème central la Francia Media perçue comme berceau de l’identité et de la culture européenne (850-1050). Le LA3M partenaire du programme est également coorganisateur de l’exposition. Le thème choisi pour notre équipe – Aux portes méditerranéennes de Francia Media : genèse du paysage provençal (IXe-XIIe siècles) – constitue la ligne directrice des recherches en cours.

 

Partant du constat qu’il n’existe pas de synthèse archéologique pour la Provence des IXe-XIIe siècles, mais des études thématiques récentes telles que les « Mottes castrales de Provence » aux alentours de l’an Mil (D. Mouton), traiter du thème du « paysage », terme fortement polysémique, s’avère nouveau dans ce champ chronologique mais aussi d’un abord délicat. Les nombreux facteurs conduisant à l’émergence du « paysage » impliquent forcèment une orientation systémique et pluridisciplinaire des recherches, lesquelles sont également tributaires de l’état documentaire. Afin d’apréhender le mieux possible ce que fut le « paysage » (naturel et bâti) des alentours de l’an Mil, et le poids qu’occupe cet héritage dans la convergence mais aussi la diversité de l’identité européenne, l’équipe rassemble une quinzaine de chercheurs médiévistes historiens et/ou archéologues de divers horizons et spécialités dont les travaux portent en totalité ou en partie sur notre région (Université/CNRS, DRAC/SRA, INRAP, Education Nationale).

 

L’évolution économique et sociale engagée dans un contexte d’ « optimum climatique » redéfinissent les contours de l’héritage antique, ou du moins de ce qu’il en subsiste au IXe siècle. Reliquat de l’ancienne Narbonnaise, la Provincia fut érigée en royaume en l’an 855, puis incorporée à l’ensemble bourguignon (947) avant d’intégrer l’Empire germanique (1032) en plein processus de « féodalisation » et d’essor des paroisses. La position bien particulière de cet espace aux confins de l’ancien royaume ostrogothique puis de la Francia Media, son appartenance aux cités majeures d’Arles, d’Aix et de Marseille, en font un terrain de recherche à tout point de vue privilégié pour son potentiel scientifique. Interface méridionale aux portes de la Méditerranée et du Rhône, mais aussi passage entre l’Italie et la Catalogne, la Provence revêt sans doute les traits d’une « zone frontière » réceptrice aux évolutions en cours : désertions et créations d’habitats, tarissement ou nouveaux courants d’échanges, transformations sociales et réorganisation des terroirs autour de nouveaux chefs-lieux.

 

En pays d’Arles/Alpilles, la fondation de l’abbaye bénédictine de Montmajour en l’an 948 grâce au soutien de la haute aristocratie provençale, est sans doute l’un des signes les plus manifestes de ces mutations. Ensemble prestigieux inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, elle comprend les vestiges du complexe originel (XIe-XIIe siècles) tandis que la fouille fournit des données stratigraphiques constituant un dossier de premier plan dans le cadre du programme (A. Hartmann-Virnich, H. Hansen, F. Blanc, F. Paone). Outre l’éminent rôle historique de l’abbaye et l’intérêt de ses vestiges monumentaux les plus anciens, ces données justifient pleinement le positionnement de Montmajour parmi les sites majeurs de la « Route patrimoniale » CEC Francia Media dont la création est en cours.

 

Au-delà de Montmajour, et dans l’objectif d’apréhender plus largement les contours du paysage provençal aux alentours de l’an Mil, sont mis en place des travaux de terrain et diverses analyses associant des étudiants d’Aix-Marseille Université/LA3M. A côté de l’étude historique (A. Mailloux, F. Tenet), le mouvement d’enchâtellement des Xe-XIIe siècles (A. Constant, D. Mouton), ainsi que l’évolution liée de la trame des villae ou la densification du réseau ecclésial lors du « moment grégorien » (N. Molina), sont abordés par les fouilles en cours ou l’analyse architecturale. Afin de mieux mesurer l’impact de ces dynamiques, l’étude des systèmes agraires sur lesquels reposent la production et la gestion des ressources est également engagée (H. Amouric, A. Durand, M-P. Ruas et C. Venot). Enfin, l’étude du matériel céramique (J.P. Pelletier, C. Richarté, J.-C. Tréglia), nécessaire pour appréhender les échanges locaux (aires de diffusion) ou inter-régionaux, doit aussi permettre de mieux cerner les associations de formes caractérisant les XIe-XIIe siècles dans notre région. L’ensemble de ces travaux sera synthétisé sous la forme de deux SIG (P. Barthès, N. Lecuyer) et d’une exposition internationale ouvrant à publications.

Responsable pour le LA3M 

André CONSTANT

 

A voir aussi : Carnet de recherche "La Provence aux IXe-XIIe siècles"

Mots-clefs

programme international -