UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Programmes collectifs > PCR : PCR Sagone

PCR Sagone - autour du siège épiscopal de Sagone

Parallèlement à la fouille archéologique de Sant’Appianu de Sagone, un PCR a été mis en place en 2011 afin de mieux comprendre la place et le rôle de cet évêché rural dans l’organisation territoriale de la microrégion. Cette réflexion collective s’inscrit donc à la fois dans la continuité directe de la fouille et dans une démarche d’ouverture par rapport à celle-ci. Les problématiques abordées ont conduit à adopter pour cette enquête un cadre géographique centré sur le site de Sant’Appianu mais englobant toutes les vallées ouvrant sur le grand golfe de Sagone (Paomia, Sagone, Liamone, Liscia). Ce cadre permet d’envisager une étude à trois échelles d’analyse différentes : celle du site, celle de l’unité paysagère et celle de la région. Quant au champ chronologique de l’enquête, il a été imposé par la durée de fonctionnement du siège épiscopal, créé vers le Ve siècle et officiellement transféré dans le bourg de Vico le 25 mai 1572.

 

Durant l’année 2011, cinq communes ont fait l’objet d’une prospection inventaire : Casaglione, Ambiegna, Coggia, Vico et Cargèse. Une enquête a été conduite dans les fonds d’archives d’Ajaccio, de Gênes et de Pise. Enfin, une étude des édifices de culte médiévaux de la piève de Cinarca a été réalisée.

 

Au total, cette approche donne une nouvelle image du paysage de la région de Sagone de l’Antiquité tardive et du Moyen Age. Plusieurs habitats contemporains du premier siège épiscopal sont apparus. Majoritairement liés aux centres domaniaux des IIe-IVe siècles, ils se répartissent de manière cohérente au sein de chaque vallée. L’hypothèse d’une rupture radicale entre le peuplement antique et celui de la fin du Moyen Age, bien connu désormais en particulier grâce aux sources écrites, a été réévaluée à la lumière de ces nouvelles découvertes. Entre ces deux périodes, l’habitat fait bien l’objet d’une évolution (déplacements, désertions, créations) néanmoins les zones basses, proches de la côte, ne sont pas abandonnées comme on le pensait : des centres du pouvoir, dont le siège épiscopal, des  fortifications majeures ainsi que des édifices de culte secondaires y sont implantés ou maintenus, en relation étroite avec les zones d’accostage et les principaux axes viaires.

Mots-clefs

archéologie - Sagone