UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 4 > Commanditaires et peintres à Chypre

Commanditaires et peintres à Chypre sous les Lusignan (1191-1474) : images d'un royaume multiculturel

La présente recherche porte sur l’étude de la peinture à Chypre sous le règne des Lusignan (1191-1474) à travers le phénomène de la commande.

 

L’élaboration d’un catalogue complet des commandes chypriotes.

 

Malgré les nombreux écrits consacrés à la peinture chypriote monumentale et sur panneau de bois, aucun travail ne rassemble l’ensemble des portraits des donateurs, des inscriptions dédicatoires et des écus peints datant du règne des Lusignan. Les recherches antérieures ont essentiellement appréhendé les donations de manière individuelle et ont surtout séparé les commandes orthodoxes des commandes latines.
Ce travail cherche à rassembler toutes les commandes, sans distinction confessionnelle ou ethnique. Le but est également de mettre en avant et d’analyser les peintures inédites, ainsi que celles très partiellement publiées ou seulement mentionnées brièvement dans l’historiographie.

 

L’étude systématique de chaque commande.

 

Si cette démarche est actuellement pratiquée par de nombreux historiens de l’art médiévistes, elle n’a été que récemment envisagée et reste limitée en ce qui concerne la peinture chypriote. Ce travail cherche :
1/ à appréhender les rapports entre la commande et le reste du programme peint de l’édifice (ou de l’espace architectural lorsque ce dernier n’est pas conservé). En ce qui concerne les peintures sur panneau de bois - dont la plupart sont coupées de leur contexte - il s’agit de reconstituer ce dernier.
2/ à s’interroger sur le choix du commanditaire de faire figurer un saint ou une scène en particulier ; ainsi que sur l’iconographie développée.
3/ à étudier la position, les gestes et les vêtements portés par le commanditaire lorsque celui-ci a choisi d’intégrer son portrait.
Cette approche sur l’espace, l’hagiographie, l’iconographie et sur la manière de se faire représenter peut apporter des informations sur l’audience visée, sur les fonctions liturgiques, funéraires ou votives, ainsi que sur le statut social et l’origine ethnique d’un commanditaire.

 

Replacer chaque commande dans son contexte insulaire.

 

Parallèlement à l’étude spécifique de chaque commande, l’approche consiste à appréhender les portraits, les inscriptions dédicatoires et les écus peints de manière globale afin de relever les constances et les divergences de représentation. L’étude stylistique et iconographique permet également d’identifier des ateliers en activité durant le règne des Lusignan. Il s’agit de savoir si ces peintres ont travaillé exclusivement pour un groupe confessionnel ou ethnique ou si, au contraire, on observe un goût pictural partagé par l’ensemble des communautés cohabitant dans le royaume de Chypre. Cette approche globale permet d’analyser les phénomènes de transferts culturels et d’assimilation entre les différentes communautés chypriotes. Ce travail nécessite de rapprocher les fresques et les peintures sur panneau de bois avec tous les types de support de représentation développés dans l’île à cette époque de multiculturalisme (manuscrit, numismatique, textile …). Cela permet également de mettre en relief la polyvalence des artistes capables de maîtriser plusieurs techniques. Malgré le fait que cette capacité soit actuellement avancée en ce qui concerne la production artistique médiévale, aucun travail systématique n’a encore été effectué quant à la sphère chypriote.

 

Replacer les commandes chypriotes dans leur contexte méditerranéen.

 

L’étude de la production picturale insulaire à travers le phénomène de la commande sert de point de départ à une réflexion outrepassant les limites géographiques de Chypre. Il est en effet question d’inscrire les peintures chypriotes dans le contexte complexe et mouvementé des croisades, ainsi que de la fin de la présence politique chrétienne au Levant. Les contacts avec les autres centres artistiques méditerranéens (Sinaï, Liban, Syrie, Cilicie, Constantinople et Italie) sont au centre des préoccupations. Cette approche permet de comprendre les apports, dans le domaine des arts picturaux, de chaque communauté venue s’intégrer à la société multiculturelle du royaume de Chypre.

 

Opération de recherche effectuée dans le cadre d’une thèse.

Mots-clefs

peinture monumentale - Chypre - royaume des Lusignan