UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 4 > Pierre dans le Caucase du sud

Le traitement sculpté de la pierre dans le Caucase du sud entre Orient et Occident

Les cultures chrétiennes du Caucase du sud, Arménie et Géorgie, accordent un soin notable au traitement sculpté des surfaces de pierre de leurs monuments, tant mineurs (pierres-croix) que majeurs (architecture ecclésiastique, monastique et funéraire). Les particularités physiques du matériau lapidaire, notamment des pierres volcaniques, faciles à tailler et à inciser et chromatiquement variées, expliquent en grande partie ce goût pour la décoration sculptée. L’abondant répertoire décoratif – figuré et ornemental –, sculpté entre l’antiquité tardive et la période moderne, se prête à des rapprochements avec les cultures de l’Orient et de l’Occident, qu’il s’agisse de parenté objective, d’anticipation ou d’emprunts. L’analyse des formes produites ici peut donc ouvrir des perspectives fécondes si l’on considère le Caucase du sud dans le contexte général de la production monumentale du monde tardo-antique et médiéval, entre Iran antique et cultures musulmanes à l’est, et entre héritage gréco-romain et Renaissance, à l’ouest.

 

Dans le domaine du décor monumental sculpté, les principes régissant le choix des emplacements, la disposition, la composition du décor sculpté, les schémas de juxtaposition, de symétrie, de confrontation des images, les choix de formules iconographiques (figurations humaines et animales) peuvent fournir des sujets d’étude prometteurs sous l’angle des relations entre la Perse sassanide, Byzance, l’Orient chrétien et musulman, et l’Occident médiéval. La transposition, dans le décor architectural sculpté, de formules provenant des décorations peintes des premiers siècles chrétiens mérite une attention particulière, de même que les schémas à figure centrale flanquée d’images latérales, les scènes "héraldiques" et les combats d’animaux.

 

Une étude comparée du traitement sculpté des surfaces de pierre dans le monde chrétien du Caucase du sud et dans les cultures musulmanes environnantes, au temps du califat (VIIIe-Xe s.) et surtout des Seldjoukides et des Mongols (XIIe-XIVe s.), peut sans aucun doute porter des fruits appréciables. L’étroite parenté que révèleront les dispositifs et motifs décoratifs, notamment les formes des chambranles de portes, les scènes animalières, les bandes à entrelacs et étoiles, arabesques complexes, stalactites… (avec une typologie complète des ornements, notamment des schémas d’entrelacs géométriques et végétaux, appuyée sur une analyse informatique fine) posera très utilement la question des relations entre les sociétés chrétiennes et musulmanes de la région au Moyen Age. L’étude de la différence dans l’attitude des deux chrétientés du sud-Caucase vis-à-vis des motifs islamiques sera également riche d’enseignements sur certaines divergences significatives entre ces deux sociétés par ailleurs proches, l’arménienne très ouverte aux échanges et la géorgienne attachée à son répertoire traditionnel.

 

Dans le domaine des formes « mineures », à côté des stèles quadrilatères figurées des Ve-VIIe s., une place particulière devra revenir aux « khatchkars », « pierres-croix » propres à l’Arménie médiévale. Produites en grand nombre du IXe s. à la période moderne, ces stèles portent en leur centre la croix – arbre de vie. L’étude de ces monuments emblématiques d’une culture de frontière qui se définit par opposition aux mondes environnants, tant chrétien que musulman, montrera qu’ils constituent en même temps un champ où, venant enrichir la tradition locale, se croisent courants iconographiques occidentaux (byzantins comme latins) et répertoire ornemental oriental (nombreux motifs communs avec le monde de l’islam). Parmi les premiers, on pourra examiner notamment les schémas de représentation du Christ et de la croix-arbre de vie ; s’agissant de l’ornementation, très abondante à partir du XIe siècle, l’étude pourra porter en particulier sur les entrelacs sans début ni fin et les enroulements végétaux, complétant l’analyse typologique entreprise dans la sculpture monumentale.

Mots-clefs

Arménie - Géorgie - Orient-Occident - Chrétiens et Musulmans - Archéologie médiévale - Sculpture médiévale - Archéologie monumentale - Archéologie funéraire - Histoire de l’art