UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 4 > Esthétique et fonctionnalité de la céramique fatimide

Esthétique et fonctionnalité de la céramique fatimide : Etude comparative des collections tunisiennes et égyptiennes

L'art fatimide est apparu en Egypte depuis que la ville du Caire s’est substituée à Sabra al-Mansuriya en tant que capitale de l’empire fatimide. Si le Caire est considéré comme un important centre de l’art fatimide dont le succès est considérable, en revanche nous savons fort peu de choses sur l’histoire de l’art fatimide dans cette ville capitale de l’Ifriqiya nommée Sabra al-Mansuriya. En raison semble-t-il de l’absence de monographies suffisamment documentées sur le matériel archéologique des sites islamiques de référence en Tunisie à savoir Sabra al-Mansuriya et Mahdia. Bien avant Sabra al-Mansuriya, Mahdia s’illustre comme un centre autonome dont la production est remarquable surtout par l’originalité de ses thèmes décoratifs. C’est à Mahdia et Sabra al-Mansuriya qu’ont été trouvées les premières productions typiquement fatimides. La monographie que consacre l’un des pionniers de l’archéologie islamique en Tunisie, Slimane Mustapha Zbiss à « l’importance de Mahdia et Sabra al-Mansuriya pour la connaissance de l’histoire de l’art dans l’occident musulman » (1) attire justement l’attention sur le rôle de ces deux sites dans « la genèse de l’art fatimide » (2). Par des trouvailles de céramiques diverses, on peut attester la faveur que connaissent les arts du feu à l’époque fatimide dans ces deux villes capitales.  L'Egypte est aussi connue pour sa production de la céramique, considérée comme l'une des techniques florissantes de la période fatimide. Nous ne savons rien sur une hypothétique migration d'artisans ifriqiyens en Egypte après la fondation du Caire,  mais il y a bien un questionnement porté sur le rôle joué par l'Ifriqiya dans la formation  du style artistique fatimide en Egypte. Quand on connaît l’importance des foyers de l’art céramique fatimide en Ifriqiya, en l’occurrence Mahdia et Sabra al-Mansuriya, on ne peut s’empêcher d’envisager l’existence d’interférence avec la production céramique de l’Egypte fatimide. Le matériel céramique de l’Ifriqiya se prête bien alors à une étude comparative avec les productions égyptiennes, et c’est là l’objet de notre recherche. Il est à cet égard surprenant de constater que les commentateurs de la céramique fatimide d’Egypte ne posent jamais le problème d’une possible influence ifriqiyenne sur la production céramique en  Egypte fatimide. C’est pourquoi il nous a apparu utile et envisageable de consacrer une recherche à ce sujet en essayant de réaliser une étude croisée de la production céramique d’époque fatimide dans l’un et l’autre pays.

 

Opération de recherche effectuée dans le cadre d'une thèse.

 

  1. Zbiss (S.M.), « Mahdiya et Sabra-Mansoûriya : nouveaux documents d’art fatimide d’Occident ». In : Journal Asiatique, CCXLIV, Paris, 1956, p. 92.
  2. Zbiss (S.M.), « Mahdiya et Sabra-Mansoûriya ….op.cit, pp.92.

 

 

Mots-clefs

Histoire de l’art - céramique fatimide - Egypte - Tunisie