UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Mobilités et échanges > Thessalonique

Thessalonique à l’époque médiévale

L’étude de Thessalonique à l’époque médiévale constitue l’un des domaines de recherche privilégiés des Byzantinistes car Thessalonique était la seconde ville de l’empire. Depuis longtemps Thessalonique intéresse archéologues, historiens, historiens de l’art et ceux qui associent la  géographie et ses spécialisations récentes pour l’histoire : paléogéographie, paléobotanique et paléozoologie.

 

L’approche est d’abord celle d’une ville aux espaces balkanique et méditerranéen : ville à l’hinterland slave, au carrefour des voies fluviales du Vardar et du Strymon, et située sur la voie Egnatia qui traverse la ville, Thessalonique est le débouché des grains de Macédoine et en même temps la ville-port où s’établissent les Vénitiens et où viennent les marchands du monde entier, d’Orient et d’Occident, quand se tient la grande foire annuelle commerciale et panégyris religieuse en honneur de la saint Démétrius, patron de la ville. La proximité du mont Athos attire la présence et les investissements des moines dans la ville. Ainsi, Thessalonique est un creuset où se concentrent les activités marchandes et où convergent des réseaux multiples.

 

L’urbanisation de Thessalonique est depuis longtemps l’objet de recherches multiples, car c’est une sorte de mille feuille depuis la ville hippodamienne de l’époque hellenistique et romaine sans cesse reconstruite après les séismes, les incendies etc. De nombreuses études ont été publiées sur les remparts, en particulier l’acropole et la muraille maritime, les constructions monastiques, des embellissements de la ville jusqu’à la spatialisation des pouvoirs politique, religieux et commercial. Ces recherches connaissent un nouvel essor grâce aux découvertes archéologiques dues aux fouilles liées à l’installation du métro.

L’approche est ensuite politique car Thessalonique au fil des siècles, depuis le palais de Galère jusqu’à sa prise par les Ottomans en 1430 a connu les vicissitudes d’une ville impériale-capitale où s’établissaient des souverains ou d’une ville métropole gouvernée par les représentants de l’empereur de Constantinople. Elle a connu aussi les heurs et malheurs d’une ville prise par les ennemis, les Arabes en 904, les Normands en 1185, ceux d’une ville autonome et révolutionnaire au temps des zélotes au milieu du XIVe siècle. Elle fut la tête de la résistance aux Ottomans entre 1382 et 1387 sous le règne de Manuel Paléologue.

Les dynamiques sociales de Thessalonique constituent une thématique privilégiée de la recherche: aristocratie, marchands, peuple de marins ont toujours formé un milieu urbain distinct de celui de la capitale, un milieu travailleur et bouillonnant, un milieu divisé entre riches et pauvres qui ont fait un foyer de tensions séculaires. 

 

Enfin, les études actuelles se concentrent sur les intellectuels et les écoles, car Thessalonique a produit de nombreux penseurs politiques, des juristes et des théologiens. Et à partir de nombre de livres manuscrits et de peintures murales la recherche s’attache à reconstituer la dynamique culturelle de la ville médiévale.

 

Mots-clefs

Méditerranée - époque médiévale - Thessalonique- urbanisation - ville