UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Mobilités et échanges > Livres et des textes au Moyen Âge

La circulation des livres et des textes au Moyen Âge

Comme les hommes, et avec eux, les textes voyagent constamment au Moyen Âge, à travers la Méditerranée et l’Europe. Les manuscrits et les livres imprimés, supports de ces textes, sont les témoins de leurs déplacements. Qu’elles soient possédées par des laïcs ou par des religieux, les bibliothèques ne sont pas figées dans le temps : elles s’agrandissent, se modifient, se transmettent, se dispersent, etc.

 

Pour les reconstituer et ainsi parvenir à appréhender la culture d’un individu ou d’une communauté, on peut distinguer deux voies principales, qui sont complémentaires.

 

La première consiste à retrouver et à analyser tous les volumes qui ont fait partie de la bibliothèque concernée. Ces volumes peuvent porter une série d’indications (colophons de copistes, ex-libris, ex-dono, cotes anciennes, annotations diverses) qui permettent non seulement de retracer l’origine et l’histoire de chacun d’entre eux, mais également de les replacer au sein de la collection examinée. L’aspect matériel du livre, la façon dont il a été fabriqué nous informent aussi sur le statut qui lui était accordé, ainsi que sur les pratiques de lecture ou d’étude.

 

La seconde voie étudie les documents qui donnent une vision complète ou partielle de la bibliothèque. Il s’agit le plus souvent de listes (catalogues, inventaires, liste de dons, testaments) qui dressent un état de la collection à un moment donné. On peut y adjoindre toutes sortes de mentions, de type littéraire ou archivistique, qui documentent la présence de tel ou tel ouvrage dans une bibliothèque donnée. Le Memoriale du dominicain Niccolo Galgani, dont l’édition est en cours, est un exemple de ce type de documents. Il s’agit d’un recueil composé dans le premier tiers du XVe siècle par un frère du couvent de Sienne et comportant de nombreuses informations sur les livres de sa communauté : livres prêtés, donnés, achetés, mis en gage, copiés, décorés, reliés, etc.

 

Ces documents sont le plus souvent partiels et n’apportent qu’une image tronquée d’une bibliothèque. D’un autre côté, rares sont les bibliothèques à avoir été conservées intégralement. Il convient donc, pour parvenir à dresser un tableau aussi complet que possible des livres possédés par une personne ou un établissement, de pratiquer les deux approches, dans la mesure où des documents existent.

Mots-clefs

Méditerranée - Europe - époque médiévale - bibliothèque - sources écrites - livre - manuscrit