UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Mobilités et échanges > Diplomaties et commerces entre monde d’islam et monde latin

Les relations diplomatiques et commerciales
entre monde d’islam et monde latin

L’étude des relations diplomatiques dans le monde méditerranéen médiéval connaît aujourd’hui un renouvellement historiographique important. Ce regain d’intérêt concerne aussi l’histoire des rapports entre les cités toscanes d’un côté, et les États du Maghreb et l’Égypte, de l’autre. Ces relations diplomatiques nous sont connues grâce à un corpus de lettres, de traités de paix et de commerce, aujourd’hui conservé dans l’Archivio di Stato de Pise et de Florence. L’historien travaillant sur le monde musulman est souvent confronté à une pénurie de documents ; une carence qui contraste littéralement avec les archives de l’Europe occidentale, auxquelles il faut faire appel pour étudier les relations diplomatiques et commerciales entre Orient et Occident.

 

Les premiers traités entre les États latins et les souverains musulmans étaient de simples accords verbaux conclus après la visite d’ambassadeurs et confirmés par des lettres. À partir de la fin du XIIe siècle, les modalités de négociation et de rédaction des traités changent progressivement ; on assiste à la mise par écrit de traités en bonne et due forme.

 

Cette recherche ambitionne d’étudier l’évolution de cette relation dans son contexte méditerranéen, les modalités de négociation entre les deux parties, la façon dont se déroulent les ambassades, leur composition, les entrevues et les cadeaux échangés.

 

L’examen du personnel diplomatique, les ambassadeurs, les consuls, mais aussi les scribes, les notaires et les traducteurs, permet d’appréhender les conditions de leur recrutement pour représenter leur pays et négocier la paix, les milieux sociaux dont ce personnel est issu, et de tracer leur carrière. Les données recueillies permettent de faire émerger certaines figures d’ambassadeurs et qui se sont distingués par leur réussite dans le domaine de la diplomatie.

 

La signature de traités de paix et de commerce représente un cadre juridique pour permettre la circulation des hommes et des marchandises entre les deux rives de la Méditerranée, mais aussi pour limiter les activités de la piraterie et de la course, qui ont entravé le trafic maritime et accentué les tensions entre les principaux acteurs de la scène méditerranéenne, d’où les nombreuses ambassades dépêchées de part et d’autre, et les négociations pour endiguer les effets de ces phénomènes endémiques.

Mots-clefs

Méditerranée - époque médiévale - échanges - diplomatie