UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Mobilités et échanges > Vaisselle de Smyrne

Vaisselle de terre dans une maison de Smyrne (Turquie) au XVIIIe siècle

En 2008, Akın Ersoy (Dokuz Eylül Üniversitesi) et son équipe ont ouvert une fouille de sauvetage - dans le cadre du programme Excavation, Research and Restoration Works at the Ancient City of Smyrna soutenu par le Ministère de la Culture et du tourisme de la République de Turquie et par la Dokuz Eylül Üniversitesi - dans le quartier de Basmane à Izmir. Ils ont dégagé une maison ottomane dont les nivaux d'occupation contenait une grande quantité de céramiques de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et dont l'étude a été confiée en 2011 à Véronique François (LA3M).

 

Aux côtés des productions locales, identifiées à partir du matériel découvert dans les fouilles de Kadifekale et de l'agora d'Izmir, le vaisselier de cette maison comprenait un bel échantillonnage de céramiques fabriquées dans d'autres ateliers anatoliens et balkaniques ainsi qu’une grande variété de produits étrangers — des céramiques culinaires, des poteries communes, des faïences plus ou moins grossières, des faïences fines et des porcelaines.

 

Ces découvertes témoignent d’une multiplicité des sources d’approvisionnements, à courte et moyenne distances (ateliers locaux et ottomans) et beaucoup plus lointains avec des importations de Provence (ateliers de la vallée de l’Huveaune, de la région de Vallauris, de Moustiers et de Varages), de Ligurie, de Toscane,  des Marches, de Campanie, de Delft, de Meissen, d’Angleterre et de Chine. Selon toute vraisemblance, l'essentiel des importations européennes est parvenu jusqu’aux marchés smyrniotes par l’entremise du commerce marseillais. L’approvisionnement en vaisselle de terre de ce grand port — le plus important pour le commerce français, le plus vaste et le plus riche de l’Empire ottoman — a sans doute bénéficié des flux commerciaux dont Marseille était l’origine ou le relais. A leur échelle modeste, les marmites, les pots de chambre, les jattes, les assiettes et les tasses à café employés dans cette demeure, nous font pénétrer dans l’intimité d’un foyer smyrniote en même temps qu’ils illustrent les relations commerciales établies entre deux grands ports de Méditerranée.

Mots-clefs

Turquie - Izmir - Smyrne- XVIIIe siècle - céramique - vaisselle