UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Programme 5 > Distillation du Romarin

Distiller le romarin en Tunisie

Parallèlement à plusieurs enquêtes ethnoarchéologiques conduites en Tunisie auprès des fabricants de chaux, la production de l’huile essentielle de romarin a été observée dans le Djebel Oueslat, à 40 km à l’ouest de Kairouan.
Le Djebel Oueslat est une barrière rocheuse calcaire culminant à 895 m d’altitude, et couverte d’une végétation composée de pin d’Alep, de pistachier lentisque, de laurier, de genévrier de Phénicie et de romarin. Ce dernier est mis à profit pour la distillation d’huile essentielle, mais aussi pour l’alimentation en combustible des fours à chaux et briques de Kairouan. Plusieurs sites ont été repérés en prospection. Ce sont des installations temporaires, qui se déplacent au grès des récoltes, et ce, de manière saisonnière.
Le romarin est récolté au printemps et en été, ainsi qu’au début de l’automne, au moment où il est chargé en sève. La coupe est assurée par des ouvriers spécialisés, payés par les distillateurs. Les branches sont coupées à la serpe, emballées dans des filets et transportés à dos de mulets. L’aire de récolte peut être assez éloignée des sites de production.
Avant de procéder à la distillation, les chargement sont pesés au moment de leur livraison. Le romarin est ensuite chargé dans un alambic en métal, composé d’une chaudière, d’un condenseur et d’un tuyau courbé les reliant. La chaudière, remplie d’eau, est installée sur une chambre de chauffe, creusée dans le sol, et qui accueille le foyer. Le feu porte l’eau à ébullition, et les vapeurs passent dans le condenseur. Il en sort une huile essentielle et une eau distillée, qui se séparent par gravité dans un récipient.
Il résulte de la production d’huile essentielle de nombreux déchets formés par les feuilles et branchettes séchées. Une partie sert à alimenter le foyer des alambics, mais la majorité est achetée par les chaufourniers-briquetiers de Kairouan. Ceux-ci viennent les chercher en camion, et les ramènent près de leur four pour en alimenter les foyers.

Partenaires

Institut National du Patrimoine de Tunisie
Crocodile SARL
Aix-Marseille Université (Service des relations internationales)

Mots-clefs

Romarin, distillation, inculte, fours à chaux, ethnoarchéologie, Tunisie