UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
?>
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Activités de Production : Programme 2 > Fouilles d'ateliers : Four de Trois-rivières

Deux fours de la poterie Fidelin de la Pointe-de-la-Grande-Anse à Trois-Rivières (Guadeloupe)

L'intervention d’urgence du 3 au 14 avril 2012, en remplacement de la deuxième campagne de fouille programmée à la poterie Fidelin de Terre-de-Bas, avait pour but d'effectuer toutes les observations et relevés (complétant ainsi l'analyse de 2008) avant la mise en place des protections et des consolidations indispensables. Selon D. et H. Parisis, “La poterie de la Grande Anse fut créée [...] après le décès de J.-B. Marre en 1735. […] En 1785, le nouveau propriétaire est Jean-Pierre Fidelin, en association avec son fils Jean-Gabriel Fidelin […] seul propriétaire jusqu’en 1821 et la poterie cesse alors de fonctionner”.

 

Au sommet d'une petite butte, ces fours sont orientés suivant la pente du terrain.

 

L'enveloppe du four nord est constituée de maçonnerie de pierres volcanique liées à la chaux. Le parement interne est constitué de maçonnerie tout venant au niveau du foyer et de pierres volcaniques granuleuses taillées (“pierre d'argile”) pour la chambre de cuisson. À l'ouest, la porte de la chambre de cuisson semble avoir eu au moins deux états. Le fond du foyer et de la porte du foyer (à l'est) est couvert de pierres volcaniques qui se poursuivent en avant de la porte. Sur ce "sol" et s'appuyant sur les murs latéraux nord et sud, sont installées les retombées de la voûte en briques cuites de différents modules qui couvre le foyer. Les lits successifs de briques, posées de bout ou en long, sont constitués systématiquement de la même manière ménageant ainsi des trous de chauffe d'une ouverture haute de 2 lits et séparés par 2 lits. La sole disparue était donc une surface percée de 12 rangées (axe est-ouest) de 11 trous de chauffe. Aucune couche de cendre, contenant des tessons de la production, n'a été rencontrée dans la partie dégagée ; l'exploration totale après consolidation de la voûte permettra peut-être de définir ces productions et de proposer une datation de l'abandon.

 

Le foyer du four sud semble de même type. Le sondage restreint a localisé une couche charbonneuse à dégager totalement. La porte du foyer unique s'ouvre sur une petite surface empierrée venant à fleur de la pente en aval à l'est. En amont, la façade ouest, détruite jusqu’au niveau du sol actuel, présente les restes de la porte de la chambre de cuisson au dessus du foyer. La paroi interne et la voûte sont constituées de lits de “pierres d'argile” réfractaires taillées de différentes hauteurs (correspondant aux lits géologiques). La voûte en anse de panier de la chambre de cuisson est percée de cinq rangées de trois évents (un sommital et, deux latéraux qui correspondent à des saignées dans les parois). La couverture externe en bâtière maçonnée du four est conservée sur un faible tronçon. La technique de construction des fours a pu être reconstituée. Les pierres d’argile de parement interne sont mises en œuvre apparemment sans liant et calées parfois avec quelques tessons et un peu de liant argileux. À chaque assise, l’enveloppe externe est ensuite bâtie avec des pierres volcaniques cassées et un mortier de chaux et de sable.

 

Les fours ont été implantés progressivement mais programmés dès le départ. La définition des productions et la datation de ces fours par des méthodes de laboratoire sont à entreprendre. La connaissance de cet artisanat doit s'appuyer sur une recherche plus ambitieuse, déjà bien introduite concernant l'ensemble des ateliers de Guadeloupe. Outre l'aspect scientifique, cet inventaire raisonné serait le moyen de protéger de la destruction ces vestiges ténus d'une activité "industrielle" passée dont la survivance est plus que problématique. Ces sites doivent être protégés et les vestiges qui en subsistent inscrits ou classés, isolés de la végétation destructrice et restaurés suivant les pratiques des Monuments historiques au même titre que n'importe quel autre vestige construit du passé.

 

Mots-clefs

Guadeloupe, Trois-Rivières, Grande-Anse, atelier de potiers, four de potier, poterie