UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
?>
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Activités de Production : Programme 2 > Fouilles d'ateliers : Four de l’Anse à Dos

Four de l’Anse à Dos à Petite-Anse (Terre-de-Bas, Guadeloupe)

Après une récente destruction partielle, l'intervention d’urgence du 16 au 20 avril 2012 avait pour but de préciser la nature des vestiges enfouis, d'effectuer toutes les observations et relevés avant la mise en place des protections indispensables. La poterie d’Anse-à-Dos a été évoquée par H. et D. Parisis, en 1994 qui mentionnent une poterie jusqu’en 1786 et deux à partir de 1790 à Terre-de-Bas : “… il y a eu une deuxième poterie dans l’île, peut-être créée en 1787 ; elle se situait à “Anse à Dos”.

 

Des sondages manuels restreints ont dû tenir compte des racines de l'arbre imposant poussant dans le four et le détruisant un peu plus. Un sondage limité a révélé un horizon de passage au nord du four, entre ce dernier et les vestiges supposés de l'atelier. Un autre sondage restreint dans le four a permis d’évaluer le potentiel stratigraphique : sur le sol de pierre du foyer, des niveaux de remblais s'intercalent avec les restes périodiques d'une cuisson de coquillages pour obtenir de la chaux. Le dégagement total du four permettrait peut-être de trouver des lambeaux de couches de cendres avec quelques restes des productions.

 

L'examen des élévations conservées du four permet de reconstituer la suite logique de la construction. Côté amont, la façade ne porte pas de trace de la porte de la chambre de cuisson ; l'enduit, conservé très haut, montre que son accès se faisait grâce à une levée de terre disparue. Le départ de la voûte à l'intérieur du four permet de reconstituer le mode opératoire en accord avec l'examen des façades extérieures. Le parement interne du mur nord-ouest est conservé sur deux assises de pierre volcanique granuleuse appelée localement "pierre d'argile”. À chaque assise du parement interne, correspond une étape de construction de l'enveloppe externe du four avec des pierres volcaniques liées au mortier de chaux (constituant ainsi un lit d'attente). Sur toute la hauteur du foyer, le parement interne latéral est doublé par une construction de briques cuites grossières qui constituent les retombées de la voûte sur le foyer.

 

Il est fort probable que la structure de la voûte sur le foyer soit comparable à celle observée sur le four nord de la poterie Fidelin de la Pointe-de-la-Grande-Anse à Trois-Rivières. Percée dans le mur nord-ouest, la porte du foyer a pu être localisée grâce aux empreintes de scellement des blocs des piédroits sur le seuil conservé de la porte. Au dessus de la voûte du foyer qui devait venir au minimum au niveau conservé du mur sud-est, les quatre parois de la chambre de cuisson devaient être chemisées avec des pierres d'argile. Les travaux, à venir, de stabilisation définitive de ces vestiges doivent rendant possible la poursuite des explorations archéologiques. Une prospection géophysique pourrait localiser les différents aménagements de l’atelier et des datations de laboratoire fixer l'arrêt de la production.

 

Mots-clefs

Guadeloupe, Les Saintes, Terre-de-Bas, Anse-à-Dos, four de potier, poterie