UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Activités de Production : Programme 2 > Clôturé > Etudes céramologiques : Voies détournées du commerce en Méditerranée

Les voies détournées du commerce en Méditerranée : constantes portuaires et commerce interlope de la mer des Baléares à la mer Tyrrhénienne (XVe-XVIIIe siècles)

Nouveaux apports d'une étude céramologique

Notre travail de recherche a pour support d’étude la céramique produite durant les périodes médiévale et moderne, entre la fin XIVe et la fin du XVIIIe siècle.

 

Celle-ci appartient essentiellement à des contextes maritimes et fluviaux du littoral français nord-méditerranéen et Caribéen.

 

La céramique analysée est majoritairement issue de dépotoirs portuaires, considérés en tant point nodal de circulation que nous confrontons avec celles provenant de sites d’épaves, considérés en tant que lieu de vie. La céramique est aujourd’hui un élément incontournable de toutes entités archéologiques et révèle des indices chronologiques ainsi que des caractérisations fonctionnelles. Elle permet de déterminer l’origine des navires et les échanges maritimes, de préciser l’organisation à bord et de distinguer des particularismes. Associée à l’étude des sources archivistiques, la céramique est utilisée ici comme un indicateur des relations maritimes et un témoin de la culture matérielle et des usages à bord des navires, que les sources écrites n’éclairent pas toujours.

 

En effet, l’abondance du mobilier archéologique abandonné autrefois par les marins au cours de leurs escales offre aujourd’hui un témoignage rare de la vie à bord et nous offre une image exceptionnelle des modes de consommation et d’appropriation privée. De plus, l’approche diachronique de notre recherche depuis l’héritage médiéval jusqu’à la fin de l’époque moderne, veut aboutir à une cartographie de la répartition des vestiges archéologiques afin de caractériser, dans une approche globale à la fois des épaves et des dépotoirs portuaires documentés, les aires de distribution des différentes productions de céramique rencontrées.

 

D’après l’analyse des céramiques issues des contextes immergés, nous souhaitons rendre compte des rapports de forces économiques entre les principales officines mais aussi les apports plus discrets, délimiter les productions en usages en mer et caractériser les modes de consommations à bord. Notre travail de recherche s’inscrit au sein de mouvements maritimes complexes, à la fois réguliers et aléatoires voir marginaux qui caractérisent les échanges maritimes en Méditerranée occidentale entre le XIVe et le XVIIIe siècle.

Opération de recherche effectuée dans le cadre d'une thèse.

Mots-clefs

Céramique moderne - archéologie sous-marine - dépotoir portuaire - usage - vaisselle de bord - épave - méditerranée occidentale - Italie - Espagne - Provence - Caraïbes