UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Activités de Production : Programme 2 > Etudes céramologiques : Rade de Saint Pierre (Martinique)

La céramique du dépotoir de la Rade de Saint Pierre (Martinique)

Les opérations de sondage et de fouilles archéologiques sous-marines menées dans la baie de Saint-Pierre sont mises en œuvre depuis 2010 par l’association Arkaeos en étroite collaboration avec le DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatique et sous-marines) et la DRAC Martinique (Direction Régionale des Affaires Culturelles). Elles sont programmées dans le cadre du PCRI, Poterie des îles, locales ou importées, dirigé par Henri Amouric.

 

Ces opérations consistent à identifier une zone de mouillage riche en mobiliers, notamment de la céramique importée et de fabrication caribéennes. La céramique témoigne de l’histoire des échanges maritimes de Saint-Pierre avec les ports de l’Europe depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’à 1902.

 

Actuellement le contexte archéologique ne semble par correspondre à des épaves, mais plus vraisemblablement à un dépotoir portuaire où les accumulations seraient le résultat de rejets liés à l’activité marchande, à la vie au mouillage, mais aussi la conséquence de plusieurs ouragans et, en dernier lieu, de l’éruption volcanique de 1902. Sur le plan historique, ces découvertes intéressent directement la connaissance des cultures matérielles des colonies françaises d’Amérique et en particulier celles des Petites Antilles.

 

À travers ce programme de recherche sous-marine, se développement des problématiques et des perspectives archéologiques nouvelles concernant ces régions d’Amérique où, du moins pour la période coloniale moderne, aucune équipe de recherche métropolitaine ne s’est investie jusqu’au programme récemment mis en place par l’équipe du LA3M auquel l’opération Baie de Saint-Pierre est intégrée.

 

À l’issu de trois années de rechercher archéologique sous-marine, l’étude de la céramique nous apporte de précieuses informations, sur les marchandises importées et les modes de consommation entre la fin du XVIIe siècle et la fin du XIXe siècle. Concernant le commerce de la céramique vers les Antilles françaises, les importations provençales sont représentées par la triade, Vallauris, Aubagne et Saint-Zacharie, qui dominent largement le corpus de céramique observé durant ces trois années d’opérations. Ces dernières sont caractérisées par trois grandes séries de lots homogènes confirmant leurs destinations commerciales composées essentiellement de marmites, poêlons, tians et pots de chambre destinés à la cuisine et à l’hygiène.

 

Au sein des importations nous avons également observé de la porcelaine et de la faïence fine du bassin parisien et bordelais, mais également anglaise ou encore du grès rhénan. Nous retrouvons alors ces mêmes productions de céramique et de faïence à terre notamment en contexte domestique. Parallèlement les fourneaux et tuyaux de pipes en terre blanche originaire du nord de la France ou de Hollande sont encore une fois incontournables dans ce contexte maritime portuaire caribéen. De la céramique en terre locale est également représentée. Cette céramique est probablement issue de l’une des neuf poteries implantées sur la côte ouest dès la fin du XVIIIe siècle ou importées des autres îles de la Caraïbe, dont la production est antérieure. Ces productions caraïbes restent uniquement représentées par des carafes ou cruches aux parois lissées sans revêtement et réalisées dans une terre brune caractéristique.

 

D’autres céramiques découvertes dans le dépotoir portuaire de la baie de Saint-Pierre, n’appartiennent pas aux objets destinés à la revente, mais au vaisselier de bord. Une fois l’objet cassé il était alors rejeté par dessus bord et nous permet aujourd’hui de préciser les objets en terre du quotidien utilisés à bord des navires qui sillonnaient les Petits Antilles.

 

L’étude archéologique est complétée par celle des sources écrites : statistiques portuaires des Archives Nationales (AN/C8/B18-27), Archives Départementales de la Martinique et de Provence (AD3K1; AD13/C22-23), histoire du commerce de Marseille, fonds commerciaux de la Chambres de commerce de Marseille (ACCM/Fonds Roux/LIX).

Mots-clefs

Céramique importée – XVIIe-XXe siècles – Martinique – Saint-Pierre - dépotoir portuaire