UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Activités de Production : Programme 2 > Etudes céramologiques : Digne, Cathédrale Notre-Dame du Bourg

Digne, Dépôts de vaisselles dans la Cathédrale Notre-Dame du Bourg

Parmi les nombreux caveaux construits contre le flanc nord de la cathédrale médiévale, l’un recelait un amas de vaisselle abandonnée sur place, après sans doute une destruction violente. L’homogénéité du lot, qui regroupe plus de cent trente quatre objets, est évidente au vu de la pâte utilisée, de la typologie et des techniques de fabrication et du revêtement plombifère appliqué sur engobe. La série des bols hémisphériques (129 NMI) reposent pratiquement tous sur un fond étroit, recreusé et détaché à la ficelle sur la girelle du tour. La plupart d’entre eux sont en glaçure monochrome jaune claire, orangée, voire brune, plus rarement verte ou tachetée de cuivre, et dans un cas marbrée. Quinze ont été peint d’un motif cruciforme tracé à l’oxyde de fer qui délimite quatre écoinçons remplies d’une ligne ondulé verte. Cette transposition du motif à la croix évoque les productions pisanes et ligures des XIVe et XVe siècles, en émail puis réalisées sur engobe à la fin du Moyen Age. Le faciès de ces pièces et les analyses des argiles effectuées par Maurice Picon au Laboratoire de céramologie de Lyon, renvoient aux productions du Val-de-Durance, dont les ateliers fondés par des artisans ligures se sont organisé tout autour de Manosque depuis la fin du XVe siècle. Un seul bol présente un décor incisé sommairement en rayons. L’on note aussi dans six cas des marques gravées après cuisson en signe d’appropriation. Deux cruches, deux écuelles à oreille et une assiette à marli complètent cet ensemble de référence du Val-de-Durance.


La date d’enfouissement dans ce caveau peut correspondre à un épisode de crise, tel que ceux de 1562 ou 1567 qui laissèrent l’église dans un état de désolation après le passage des Huguenots comme l’indiquent des enquêtes et rapports d’expertise de 1568 et 1572 ou les écrits de Gassendi. D’autres indices, dont la découverte de fragments de bols similaires dans le remblai comblant les fondations d’un bâtiment situé à quelques mètres de distance contre le mur de la cathédrale, pourraient préciser cette hypothèse : il semble en effet que que ce bâtiment soit celui construit ou réaménagé à l’usage des Pénitents Blancs, sur l’injonction d’une bulle du cardinal Arminiac datée du 7 mai 1579.


Une telle chronologie conviendrait à l’abandon de ce matériel, sensiblement différent et plus ancien que celui retrouvé à l’intérieur d’un autel en plâtre de la chapelle Saint-Elzéard. Les 13 écuelles monochromes, associées à deux cruches à bavoir sous le bec faisaient sans doute partie de la vaisselle du chapitre qui se réunissait parfois à cet emplacement. Plusieurs monnaies échelonnées du XIVe au début du XVIIe siècle étaient associées à ce dépôt.

Mots-clefs

Céramique - Digne-les-Bains - Notre-Dame du Bourg