UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 3 > Activités de Production : Programme 1 > Epave Carro 3

L’épave Carro 3, penelle du Rhône chargé de bouteilles

Le gisement Carro 3, déclaré aux Affaires Maritimes en 1986 par Gérald Savon, marin-pêcheur de Port-de-Bouc, est situé à 800 m au large de Carro sur la Côte Bleue (commune de Martigues). D’abord associée aux opérations de recherche de la carte archéologique des Bouches-du-Rhône, l’épave, gisant par 38 mètres de fond, a fait l’objet de deux sondages, en 2006 et 2007, dirigés par Laurence Serra, alors doctorante au LAMM. Fabrice Laurent, doctorant en architecture navale moderne de l’Université de Lyon II, est, depuis 2007, en charge de l’étude architecturale du navire.

 

L’épave, datée de la fin du XVIIIe ou du XIXe siècle, livre une cargaison essentiellement composée de bouteilles de verre et de dame-jeanne probablement issues de la verrerie Richarmé à Rive-De-Gier (Lyon). L’architecture de la coque présente une construction à fond plat et témoigne ainsi de la circulation de navires fluviaux le long des côtes maritimes méditerranéennes.

 

Les échanges à l’échelle régionale à partir des ports se font par voies fluviales, estuaires et par cabotage le long des côtes. Les barques transportent le verre vide, de la fabrique vers l’entrepôt d’un port de redistribution. Première étape d’un circuit potentiellement long, voué au commerce extérieur. Au XVIIIe siècle, les emballages intéressent le négoce marseillais, en tant que contenants à destination des Iles françaises d’Amérique, du Levant et du Nord de l’Europe.

 

L’épave Carro III, identifiée comme la penelle la Chinoise, a fait l’objet de trois campagnes de fouilles entre 2006 et 2008. Elle est l’illustration archéologique parfaite de ce que mentionnent les archives des registres de la santé Maritime (AD 13). Coulée en janvier 1851, au large de la Calanque de Carro, dans l’arrondissement maritime de Martigues, la penelle est partie d’une verrerie du Rhône à destination de Marseille. Avec son chargement de charbon de houille et de plusieurs milliers de bouteilles en verre noir, de plusieurs capacités variant de 0,35 à 3l, son étude soulève la problématique d’un verre qui voyage vide pour rejoindre l’entrepôt d’un port de redistribution. La verrerie Richarmé, à Rive-de-Gier, dans le bassin Lyonnais, propriétaire d’une mine de charbon, est la seule fabrique extérieure à installer, à partir de 1840, un entrepôt sur le port. Elle gardera ce monopole jusqu’en 1854. L’écoulement de la production vers le port de Marseille est facilité par l’accès fluvio-maritime du Rhône.

Mots-clefs

Méditerranée - épave - Carro - verre - bouteille - emballage