UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 2 > Programme 3 > L’île de Crète

De la confrontation à la rencontre ? L’île de Crète entre Venise et le monde ottoman : conservation d’un patrimoine riche en apports croisés (XIVe-XVIIe s.)

LabExMed – Atri 4 (Patrimoines : enjeux, pratiques, représentations)

L’identité de la ville méditerranéenne résulte de la superposition de plusieurs strates historiques, née d’une évolution continue du tissu urbain sur la longue durée. Toutefois les transformations liées au développement économique, aux migrations, et aux nouvelles technologies menacent le patrimoine traditionnel, souvent en contradiction avec les nécessités des aménagements urbains actuels. De ce processus, découle l’importance d’une analyse de ces stratifications de la trame urbaine étudiée dans le cadre des rapports ville-campagne, et à travers les liens créés entre les divers espaces de sociabilité tant laïques que religieux. Dès lors, il apparaît nécessaire d’observer la ville d’une façon interdisciplinaire en l’abordant sous l’angle des sciences humaines, pour saisir pleinement le résultat de l’interaction homme-nature, donner à voir le patrimoine comme ensemble des traces matérielles, pratiques et traditions.

 

Le projet entend se concentrer sur la Crète du XIVe au XVIIe siècle, en particulier sur le passage de la domination vénitienne à celle des Ottomans. Sur l’île, les vestiges de l’architecture d’origine byzantine côtoient les monuments vénitiens et ottomans qui font de la Crète un espace privilégié d’observation de l’évolution patrimoniale, issue de la transition entre monde chrétien et islamique. Les lectures croisées de ce patrimoine visent à appréhender les équilibres ethniques, les faciès urbains, l’usage et la destination des édifices, la culture matérielle, la morphologie du paysage.

 

Cette analyse repose sur l’étude conjointe des sources écrites et des traces matérielles.

 

Les recherches dans les sources seront menées à l’Archivio di Stato de Venise, à l’Archivio Segreto Vaticano et aux Archives d’Héraklion pour les documents qui concernent les relations entre Venise et le Levant ; la bibliographie la plus récente, les récits de voyage et l’iconographie seront également pris en compte. L’objectif, plus précisément focalisé sur l’exemple de la ville de Chania, est d’étudier la politique urbaine vénitienne à travers les procédures d’achat et vente, les recensements et les phases constructives des édifices, de les analyser à la lumière des contextes politico-juridiques, socio-économiques et culturels. Pour l’âge ottoman, dont les sources se trouvent à Héraklion, ce sont les cartes et relèvements qui seront prioritairement exploités dans les documents turcs, afin de retracer les transformations des monuments jusqu’au XVIIe siècle. On y associera la réalisation de cartes thématiques illustrant le réseau routier, la distribution des propriétés, les édifices sacrés et civils, les types architecturaux prédominants à l’époque vénitienne et ottomane.

 

L’étude des sources matérielles devrait débuter par un inventaire des relevés topographiques et architecturaux, déjà réalisés ou à entreprendre, sur un échantillon de bâtiments permettant de recenser et d’en illustrer l’importance. La typologie architecturale qui est le sujet de la recherche est celle des maisons, notamment celles hors les villes dans le territoire occidental de l’île aux alentours de Chania.

 

À l’échelle proprement urbaine, ce projet propose l’étude topo-chronologique de l’évolution de la ville par phases historiques, et celle des formes historiques et typo-morphologiques de l’occupation humaine de Chania. Il s’agit de restituer une géographie des lieux, des espaces de la sociabilité marchande, ceux de la dévotion et de la vie publique, et ce en privilégiant les lieux peu ou non étudiés.

 

Sur le plan architectural, un catalogue typo-fonctionnel constituera une base de donnéegéo-référencée incluant les composantes géographiques et chronologiques, en vue d’observer les transformations fonctionnelles et structurelles des bâtiments depuis la phase vénitienne jusqu’à l’époque ottomane.

 

Cette recherche affiche d’emblée un caractère interdisciplinaire, dans la perspective d’une comparaison souhaitable avec les territoires proches. Enfin, dans un contexte actuel influencé par le développement du tourisme de masse, il entend offrir un outil aux stratégies de conservation patrimoniale, ainsi qu’une synthèse des connaissances, aussi accessible qu’ergonomique, susceptible de servir les actions locales d’aménagement territorial.

 

Mots-clefs

Crète, ville, Archéologie monumentale