UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE

 

Vous êtes ici : > Recherche > Axe 2 > Programme 2 > Archéologie en Pays d'Apt

Archéologie  des châteaux, des fortifications et des villages en pays d’Apt et du Pont-Julien (84)

Le programme reprend les travaux introductifs de Camille Moirenc, puis plus récemment ceux de Michel Fixot, qui ont fixé les bases d’une étude globale sur le thème des fortifications, restée inexploitée à ce jour. Le programme s’articule autour de l’expérience conduite au Fort de Buoux. L’objectif est de dresser, sur un territoire regroupant 25 communes, une série d’inventaires et d’études typologiques. La démarche scientifique se double d’actions de sensibilisation et de formation destinées à investir les acteurs locaux du secteur associatif, ceci afin d’intégrer au mieux le programme au sein des préoccupations liées à l’économie et au tourisme.

Véritable cas d’école pour l’approche du territoire géo-politique à l’époque médiévale, le Pays d’Apt offre une organisation des sites particulièrement éloquente qui est due, en premier lieu, à la topographie. Située au fond de la vallée du Calavon, l’ancienne colonie romaine d’Apta Julia est traversée par un axe de communication majeur, la via domitia. Les reliefs bordant cette vallée ont donné l’opportunité d’établir très tôt dans l’histoire des groupes regroupés en oppida. Dès le Xe siècle, les premiers villages prennent forme et s’installent sur les sommités pour créer une ceinture défensive qui se double d’une protection spirituelle matérialisée par un grand nombre d’établissements religieux clairsemés (abbayes rurales, prieurés, chapelles, oratoires et nécropoles). L’ensemble, dans sa version aboutie, offre la cartographie d’un diocèse des plus éloquentes que viennent enrichir de précieuses archives.

Les conditions sont ainsi réunies pour reprendre l’étude des formes castrales et villageoises dans le but de dresser sous forme de monographies, puis à terme d’une synthèse générale, un état des connaissances exhaustifs. Avec la multiplicité des types architecturaux, adaptés à des terrains et reliefs spécifiques, la thématique des châteaux et des fortifications donne l’occasion de dresser un inventaire et de tenter d’établir une filiation entre les différentes réalisations. Nées d’une politique commune à l’initiative des évêques et des grandes familles seigneuriales, la question de l’inter relation des programmes architecturaux est posée en prenant comme référence le Fort de Buoux, dont l’étude est la plus avancée à ce jour. Représentatif du type de l’éperon barré, le Fort constitue un exemple tout à fait remarquable et unique dans la région qui révèle, par ailleurs, une grande variété en matière de formes défensives. Parallèlement, se révèle également la problématique de l’influence des grands exemples régionaux, mais également des sites proche-orientaux avec lesquels des comparaisons ont souvent été faites pour la période des croisades qui correspond principalement à la datation des châteaux conservés dans cette région du nord Luberon.

Par extension, la question des formes des villages et des caractéristiques constructives complète le travail de recherche. Axé prioritairement sur l’époque médiévale, cette thématique englobe également les réalisations d’époque moderne, la période des guerres de religion et des années de renouveau 1480-1520 étant particulièrement bien représentée.

Ce sont ainsi près de 40 châteaux, une centaine d’établissements religieux et 25 villages qui entrent dans le cadre de ce travail de recherche attendu de longue date par les spécialistes autant que par les amateurs.

  • Saint Saturnin-lès-Apt
  • Roquefure
  • Bonnieux
  • Caseneuve
Mots-clefs

Archéologie, Archéologie du bâti, archéologie monumentale, construction médiévale, fortification, château, village, Vaucluse, Pays d'Apt, Pont-Julien