UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 2 > Programme 1 > Tour de Trouillas

Programme de recherche interinstitutionnel : Avignon, Palais des papes. Tour de Trouillas. Recherches d’archéologie du bâti

Le programme d’étude de la tour de Trouillas du palais des Papes, issu d’une initiative de la Conservation régionale des monuments historiques Provence-Alpes-Côte d’Azur, s’inscrit dans la suite de plusieurs programmes de suivi archéologique à l’occasion de travaux au palais pontifical, selon une dynamique inaugurée en 1997 par l’étude de la tour Saint-Laurent (LA3M/Ville d’Avignon). Un vaste programme de restauration (D. Repellin ACMH/entreprise SELE) met en relief l’importance fondamentale du suivi archéologique lorsque l’état sanitaire du monument réduit fortement les possibilités techniques de conserver in situ des vestiges significatifs. Le projet de recherche, créé sous la forme d’un partenariat inter-institutionnel (DRAC, Ville, Département, CNRS/Université) à l’initiative et avec le soutien du conservateur régional des monuments historiques Robert Jourdan sous le contrôle du Service Régional de l’Archéologie, réunit à une équipe pluridisciplinaire dans le but de relever et d’analyser la construction médiévale avant et pendant les travaux de reprise en sous-œuvre. Édifiée de 1341 à 1346, la tour de Trouillas fut un des principaux organes de défense de la résidence pontificale, à l’angle nord-est face au rocher des Doms qu’elle domine de sa hauteur de plus de 54 m, augmentée à l’origine d’un châtelet sommital. La détérioration profonde des corbeaux du mâchicoulis et des blocs d’angle du couronnement, provoqué par le recours à un système de consolidation par des barres et agrafes de fer encastrées dont la dilatation thermique et la corrosion n’avaient été prises en compte par les bâtisseurs du XIVe siècle, entraîne une reprise en sous-œuvre complète accompagnée d’un ravalement général et de la restauration des baies. Le suivi archéologique, accompagnée d’un relevé pierre-à-pierre de toutes les structures remplacées, permet la reconstitution du système constructif fondé sur l’emploi des armatures métalliques, déjà employées à la tour des Latrines contiguë, et de deux variétés de pierre spécifiques. Les recherches archivistiques déjà réalisées sur le monument (Ph. Bernardi, D. Vingtain) et son environnement urbain immédiat (D. Carru) inscrivent les résultats de l’approche archéologique dans le contexte historique du monument et de son environnement. Un programme parallèle d’analyses sérielles du métal (Philippe DILLMANN, Institut de Recherche sur les Archéomatériaux IRA, Laboratoire Métallurgie et Cultures, Saclay, UMR 5060) tentera de déterminer l’origine du fer et les procédures de fabrication des barres métalliques.

Responsable

Andreas HARTMANN-VIRNICH (LA3M)

Equipe de recherche

Philippe BERNARDI (LAMOP UMR 8589), Emilien BOUTICOURT (LAMOP UMR 8589) Dominique CARRU (Service archéologique du department de Vaucluse SADV), Laura DEYE (LA3M UMR 7298), Patrice DONDERIS (SADV/LA3M UMR 7298), Andreas HARTMANN-VIRNICH (LA3M UMR 7298), Jean-Marc MIGNON (SDAV), Dominique VINGTAIN (Ville d’Avignon)

Mots-clefs

Archéologie, Archéologie du bâti, archéologie monumentale, archéométrie, métallographie, géologie, mortiers, relevé, relevé numérique, relevé manuel, relevé pierre-à-pierre, 3D, restitution virtuelle, construction médiévale, construction moderne, archives