UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 2 > Programme 1 > Cryptes romanes des Alpes du Sud

Les cryptes romanes des Alpes du Sud, enquête sur une forme architecturale

programme de recherche en co-responsabilité avec Caroline d'Annoville (université Pierre Mendès-France, Grenoble)

 

Cette campagne de prospection thématique, conduite en partenariat entre le Conseil Général des Alpes-de-Haute-Provence et l'Université Pierre Mendès-France de Grenoble a pour objectif de reprendre l'étude archéologique du bâti de trois églises romanes à cryptes du département. Les édifices concernés sont la chapelle Notre-Dame de Dromon à Saint-Geniez, le prieuré de Vilhosc à Entrepierres et l'église Saint-Marc à Allemagne-en-Provence.

 

La chronologie de ces trois édifices est sensiblement la même, avec des datations généralement comprises entre le XIe le XIIe siècle. Les types d'édifices et les aménagements de leurs parties orientales sont cependant très différents les uns des autres. L'église Saint-Marc d'Allemagne-en-Provence, probablement rattachée à l'ancien castrum qui domine le village actuelle, est dotée d'un chœur à deux niveaux, installé dans une seconde phase de construction, qui succède à un vaste édifice à nef unique. À Vilhosc, ancien prieuré rural dépendant de la prévôté des chanoines de Chardavon, la partie orientale de l'église est conçue sur le schéma d'une crypte-halle à trois nefs semi-enterrée. Enfin la chapelle Notre-Dame de Dromon, à Saint-Geniez, cédée à l'abbaye Saint- Victor de Marseille au cours du XIe siècle, est dotée d'une crypte formée par un double vaisseau, disposé parallèlement à la pente importante sur laquelle est implantée l'église.

 

Au-delà du simple examen archéologique de ces trois édifices, qui s'avère être un préalable indispensable à leur étude, celle-ci a pour objectif de mieux comprendre la fonction architecturale et liturgique de ces cryptes dans un large contexte géographique du sud des Alpes. En effet, dans quelle mesure ces espaces architecturaux répondent-ils à une nécessité architectonique précise pour la construction des églises qui les surmontent ? Quelle est leur utilité liturgique dans des églises rurales éloignées des zones d'habitation, leur rapport aux pèlerinages, au culte des saints ? Enfin, est-il possible de voir dans ces crypte le legs d'un héritage tardo-antique dans lequel la fonction funéraire de la memoriae ou du mausolée précède l'implantation du lieu de culte ?

Mots-clefs

Archéologie du bâti - Crypte - Architecture religieuse - Art roman