UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 2 > Archéologie funéraire > > Cloturé au LA3M > Les structures à crémation

Les structures de crémation

Gestes et pratiques de la crémation du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C.

 

La pratique de la crémation dans le monde antique nous est connue par les textes et par les témoignages archéologiques. Ces dernières années une attention accrue est portée à ce type de vestige, les fouilles livrent maintenant de nombreux indices se rapportant à cette pratique. La compréhension des divers gestes demeure difficile en raison de l’hétérogénéité des formes de crémations antiques. L’apport majeur de l’anthropologie a fait évoluer la recherche tant dans le domaine méthodologique que dans les résultats acquis qui ont été obtenus sous l’impulsion des deux grands centres que sont Bordeaux et Marseille.

 

Certains vestiges discrets présents sur les sites funéraires tels que les charbons de bois dont la présence est régulièrement attestée dans les structures à crémation sont au centre de ce travail de recherche. Grâce à l’application de protocoles de travail précis, tant sur le terrain que dans l’analyse en laboratoire proprement dite, les questionnements et préoccupations scientifiques sur ces restes bioarchéologiques permettront de reconsidérer et approfondir les connaissances des gestes et des pratiques funéraires de la crémation antique (notamment ces restes sont susceptibles de nous informer sur l’aménagement des bûchers funéraires, sur leurs conduites et sur les différents dépôts d’origine végétale). Nous tenterons donc de reconnaître et d’étudier les étapes de la crémation orchestrée par la société des vivants, tout en prenant en compte les dimensions sociale et religieuse entourant le défunt.
C’est pourquoi des études de cas régionales ont été spécifiquement développées, notamment en collaboration avec le Centre Camille Jullian UMR 7299 et avec l’équipe des anthropologues marseillais (Mme Gaëlle Granier). En particulier depuis cinq ans sur le site de Richeaume dont la fouille est menée par Florence Mocci (Ingénieur de Recherches, CNRS).

Ce travail de recherche s’inscrit donc dans une approche pluridisciplinaire, tant archéologique que bioarchéologique. Les résultats de cette dernière permettent de consacrer une grande part du travail à la relecture des documents historiques, qu’ils soient iconographiques, textuels et épigraphiques.

 

Opération de recherche effectuée dans le cadre d'une thèse.

Mots-clefs

Antiquité - crémation - Pratiques funéraires