UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 1 > Programme 1 > Sièges épiscopaux

Les sièges épiscopaux de Corse et de Sardaigne des origines au XVIe siècle

Dès les années 1950, les sièges épiscopaux de Corse et de Sardaigne ont fait l’objet de recherches spécifiques, restées cependant très ponctuelles et limitées à la fouille des seuls édifices de culte sans attention particulière pour leurs annexes et leur environnement en général. Ces complexes constituent pourtant un potentiel archéologique de première importance qui pourrait permettre, au prix d’une étude collective et de longue haleine, de mieux comprendre la genèse, l’organisation, le fonctionnement et l’évolution de ces centres du pouvoir religieux qui ont joué un rôle fondamental dans la mise en place de la territorialité ecclésiastique. Au-delà de l’histoire de chaque évêché, c’est aussi la stratégie générale de l’Eglise en matière d’organisation de l’espace et d’encadrement de la communauté que l’étude pourrait permettre de mieux comprendre.


La reprise des fouilles sur le site archéologique de Mariana en 2001 ainsi que les découvertes réalisées à Ajaccio en 2005 dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive, ont motivé la mise en place d’une large enquête sur ces sièges épiscopaux de Corse et de Sardaigne abordés sur la longue durée : depuis leur institution (entre le IVe et la fin du VIe s.) jusqu’à leur transfert définitif (entre le XIIe et le XVIe s.).


Grâce à de multiples collaborations, des méthodes d’investigation diversifiées sont mises en œuvre : étude de la documentation écrite, prospections pédestres et géophysiques, étude du bâti, fouilles programmées, sondages mécaniques et carottages, mais également fouilles préventives.


Les recherches conduites en Corse ont permis de renouveler complètement notre connaissance des phases de l’Antiquité tardive et du Moyen Age de ces sièges épiscopaux et de leur environnement. On a pu ainsi montrer l’évolution des groupes cathédraux jusqu’à leur abandon au XVe siècle. Sagone et Ajaccio illustrent le cas exceptionnel, très rarement étudié par l’archéologie, de sièges épiscopaux ruraux, implantés en milieu rural sur de très probables villae de l’Antiquité tardive.


En Sardaigne, la relecture et l’analyse systématique de la documentation a permis de porter un regard neuf sur les questions de topographie et finalement d’écarter l’hypothèse originale formulée en 1986, à l’occasion du XIe Congrès International d’Archéologie Chrétienne, d’une installation des cathédrales dans des secteurs extra muros dès l’Antiquité tardive.


Outre les diagnostics et fouilles préventives réalisées depuis 2005 à Ajaccio et Aléria, quatre opérations trouvent leur place dans ce programme : les fouilles programmées sur le site Sant’Appianu de Sagone (Corse-du-Sud), le Projet Collectif de Recherche « Autour de l’évêché de Sagone », l’étude du site de Mariana (Haute-Corse), ainsi que le réexamen des sièges épiscopaux de Sardaigne.


Siège épiscopal Sant'Appianu de Sagone Sièges épiscopaux de Sardaigne
Mots-clefs

Corse, Sardaigne, Archéologie, église, pouvoir, évêché, époque médiévale