UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 1 > Programme 1 > Les oppida > Albenga

Albenga, Le complexe archéologique de San Calocero

la ville de l’antiquité tardive

Le site de San Calocero à Albenga est l’un des sites les plus importants d’Italie septentrionale pour la connaissance et les modalités de la christianisation tardive de Ligurie occidentale et du Piémont méridional, sur le territoire d’une cité modeste jusqu’au moment où elle devint la « capitale des ligures » à l’initiative du général Constance quelques années avant qu’il ne devienne l’empereur byzantin Constance III.

 

Depuis le milieu des années 80 du siècle dernier, l’Ecole Française de Rome, puis le LA3M, ont été très présents par leurs recherches et leurs études sur la cité, son territoire et surtout le site de San Calocero, lui même au coeur de la recherche archéologique locale, dès les années 1934, à l’initiative de Nino Lamboglia. La stratigraphie y a été appliquée pour la première fois sur un site médiéval. Dans l’état actuel de nos connaissances, les structures les plus anciennes remontent à l’époque augustéenne (peut-être un site suburbain de villa ou une zone funéraire) et sont installées à flanc de coteau sur une série de terrasses où s’installe un petit cimetière dont l’une des tombes (couverte en bâtière selon toute vraisemblance et qui fut attribuée au martyr local Calocerus par les constructeurs de la basilique) est à l’origine de la construction d’une basilique funéraire à trois nefs, dont la nef septentrionale est soutenue par un cryptoportique original, durant la première moitié du VIe siècle. Un monastère bénédictin médiéval s’y installe, masculin dans un premier temps, puis féminin, abandonné à la fin du XVIe siècle.

 

La perspective de la reprise d’une enquête archéologique de terrain devra permettre de mieux comprendre le premier complexe funéraire paléochrétien et ses annexes, les origines monastiques, y compris aux abords du sanctuaire, mais aussi la compréhension des phases antérieures des Ier-IVe siècles, avant l’installation de l’édifice de culte chrétien. Un volume collectif récent présente une synthèse des travaux menés sur le site, y compris en rapport avec la ville antique et médiévale: G. Spadea, Ph. Pergola, S. Roascio (dir.), Albenga – Un antico spazio cristiano; chiesa e monastero di San Calocero al Monte. Un complesso archeologico dal VI al XVI secolo, Ministero per i beni e le attività culturali, Soprintendenza Archeologica della Liguria, Gênes, 2010, p. 342.

 

Un programme ambitieux, dans lequel le LA3M sera essentiel, vient d’être mis en place pour reprendre l’étude et l’édition des campagnes de fouille de San Calocero, mais aussi une étude du bâti, en partant des complexes de l’antiquité tardive connus à Albenga (et en particulier, outre San Calocero, le baptistère épiscopal paléochrétien ou l’église funéraire de San Victor). Dans ce cadre, en 2012, a été organisé un cours para universitaire d’archéologie chrétienne (avec la participation de chercheurs et enseignants chercheurs de plusieurs universités) autour du patrimoine d’Albenga, auquel ont participé des étudiants et doctorants de plusieurs universités italiennes (Gênes en particulier) qui en ont reconnu l’enseignement (crédits didactiques).

Philippe Pergola - Stefano Roascio
Mots-clefs

Albenga, Antiquité tardive