UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 1 > Programme 1 > Les oppida > Saint-Blaise

Saint-Blaise : naissance et évolution d'une agglomération médiévale (Ve-XIe siècles)

Situé sur la commune de Saint-Mitre-les-Remparts (13920), l’oppidum de Saint-Blaise (Ugium de l'Antiquité tardive) est sans conteste, pour les périodes protohistorique et médiévale, une référence incontournable de l’archéologie méridionale.

 

Concernant l’Antiquité tardive, les sondages entrepris par Gabrielle Démians d’Archimbaud dans les années 1980 permirent de préciser la chronologie de l’occupation des lieux durant les Ve-VIIe siècles. Pour la première fois, et à la suite des travaux de Paul-Albert Février dans les années 1970, on démontra que le phénomène de perchement de l’habitat trouve ses origines au Ve siècle, engendrant des « agglomérations secondaires » dont l’évolution peut être, entre désertion et maintien, très contrastée : Saint-Blaise, agglomération fortifiée de plus de cinq hectares dotée de deux églises, déclinerait à partir du VIIe siècle.

 

L'objectif de ces travaux de thèses est de cerner les modalités de la filiation de l'habitat tardo-antique et médiéval ainsi que les fonctions de l'habitat groupé tout en réintégrant Ugium à son contexte chrono-cultuel Méditerranéen.

 

Recherche sur l’évolution topographique de l’agglomération

 

Contrairement à la région voisine du Languedoc-Roussillon, la filiation entre les grands sites tardo antiques et la trame castrale du Moyen Âge plus « classique » (Xe-XIe siècle) n’a pas été, en Provence, mise aussi clairement en évidence. Le site de Saint-Blaise est pourtant un contexte stratigraphique intéressant pour l’étude de cette question. La succession des occupations depuis le Vesiècle de notre ère est donc un aspect important de l’étude que nous proposons d’aborder de la façon suivante :

 

  • Les archives de fouilles accumulées depuis 1935 représentent un fonds considérable resté en partie inédit. Leur analyse exhaustive sera utile pour replacer les vestiges tardo-antiques et médiévaux. De plus, le dépôt archéologique de Martigues rassemble une collection comptant plusieurs milliers de tessons, inventoriés ou non, qu'il faudra nécessairement réinsérer dans leur contexte.
  •  

  • Les plans existants de Saint-Blaise datent au plus tard de 1978 et ne sont guère exploitables pour une recherche approfondie. Ils présentent de grandes lacunes, mais aussi des données erronées ou très imprécises. Il s’agira d’engager, en fonction du calendrier des restaurations envisagées, un nettoyage ainsi que des relevés au « pierre à pierre » des élévations visibles.

 

In fine, ce premier volet de l’étude consacré à l’évolution topographique de l’agglomération depuis l’Antiquité tardive débouchera sur l’élaboration d’un SIG et la production d’un plan phasé de l’agglomération, intégrant données anciennes et nouvelles découvertes. Ce travail sera indispensable non seulement pour retracer la topo-chronologie du site tardif, mais aussi pour étudier la répartition socio-spatiale et fonctionnelle de l’habitat intra muros, et son lien avec les structures du pouvoir provençal.

 

Recherche sur la présence des élites

 

En dehors des cités épiscopales, l’existence d’élites au sein des agglomérations tardo antiques et médiévales est une question essentielle pour laquelle peu de sites apportent aujourd’hui des éléments de réponse. A Saint-Blaise, cette présence se manifesterait non seulement par des bâtiments ecclésiaux ostentatoires, mais également par un ilot d’habitat privilégié (« maison à abside »). L’analyse chronotopographique du site, de même qu’une réflexion globale sur les fonctions des différents ilots d’habitat sur la longue durée, permettra on l’espère de répondre, ne serait-ce qu’en partie, à ce problème épineux. La survivance de Saint-Blaise au Moyen Âge central invite également à se demander si le poids ou le statut de ces agglomérations conditionne une continuité de l’occupation, pour engendrer la trame du peuplement médiéval. Enfin, la manifestation de l'élite à Saint-Blaise sera comparée aux phénomènes issus du même contexte chrono-culturel sur une grande partie du monde méditerranéen.

 

Sous la direction :

Philippe Pergola et André Constant

 

Collaboration

Service Archéologie de Martigues

Mots-clefs

Saint-Blaise,oppidia, époque médiévale

  • Saint-Blaise
  • Saint-Blaise
  • Saint-Blaise