UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Recherche > Axe 1 > Programme 1 > Archéologie castrale > Castrum du Montpaon

Castrum de La Quille

Lieu-dit : La Cride, Le Puy-Sainte-Réparade, Bouches-du-Rhône

Mentionné pour la première fois en 1056, le "podium Sancte Reparate" compte parmi les fiefs ruraux de la seigneurie des archevêques d'Aix. Il représente, sinon la principale, l'une de leurs plus importantes possessions, qui doit beaucoup à sa position géographique stratégique, le long du Val de Durance.


L'évolution matérielle du castrum et de son territoire se conjuguent avec la croissance de la puissance foncière de l'archevêque d'Aix, au moment où la cité retrouve son statut ecclésiastique de métropole au début du XIIe s. et accède par la suite au rang de capitale et siège des comtes de Provence.


C'est sous l'épiscopat de Pons de Lubières (1132-1157), que les possessions du siège d'Aix s'agrandissent au Puy-Sainte-Réparade, où ce prélat aime à résider. Cependant, le véritable créateur du domaine archiépiscopal reste Guy de Fos (1186-1212), qui s'efforce d'affranchir le Puy des droits comtaux. C'est dans ce contexte qu'Alphonse II, qui séjourne à Aix presque chaque année, entre 1199 et 1207, signe au moins un acte au Puy, à la fin de l'année 1200.


La seigneurie du Puy ne cesse de se développer dans les dernières années du XIIe s. et la première moitié du XIIIe. Un inventaire des biens et revenus de l'Archevêché, dressé sans doute vers 1330, montre que c'est dans le château du Puy, que s'entasse près de la moitié du total des reserves de grains acheminées régulièrement à l'hôtel aixois de l'archevêque, et ce, sur l'ensemble des châteaux des environs de la capitale détenus par les archevêques.


En 1383, à la mort de Jeanne Ire, l'archevêque accueille dans son château du Puy-Sainte-Réparade, les troupes pontificales du camp angevin lors des guerres les opposants aux Duras. Le château sert de base-arrière au cours des affrontements contre les troupes du sénéchal de Beaucaire. Il semble dès lors que le rôle du castrum initial ait évolué en véritable place forte ; dès 1387, les troupes de la vicomtesse de Turenne succèdent aux précédentes, sur le site.


Une représentation figurée de la forteresse est conservée aux archives de Turin, illustrant la période des invasions de la fin du XVIe s. La vue perspective, dessinée depuis l'est, renvoie à l'invasion des troupes du Duc de Savoie en 1591 et présente à la fois les installations militaires de chacun des deux camps lors du siège de la forteresse, et l'aspect de celle-ci à la fin du XVIe s. .


Les prospections archéologiques menées jusqu'à présent, révèlent à La Quille, l'existence d'un ancien oppidum protohistorique. Une réoccupation de semi-hauteur, à cheval sur l'ancien oppidum et/ou sur la motte castrale identifiée à l'extrémité nord, en contrebas de la plateforme sommitale, semble attestée dès les Ve-VIe s. ap. J.-C., et au moins jusqu'au XIIIe s. C'est donc dans la très longue évolution, entre la fin de l'Antiquité et celle de l'Epoque moderne, que s'inscrit désormais l'étude pré-castrale, castrale, puis villageoise du château du Puy.


L'année 2012 sera consacrée essentiellement à une prospection thématique, incluant la réalisation d'une couverture micro-topographique des entités pré-castrale et castrale, et celle d'une enquête documentaire exhaustive. Celle-ci est placée sous la direction de H. Amouric qui en a déjà transcrit d'importantes archives, dont un inventaire complet du château pièce par pièce, réalisé dans le courant du XIVe s.

Responsable

V. Rinalducci, avec la collaboration de M.-L. Laharie, D. Ollivier et J.-C. Tréglia

Responsable étude d'archives

Henri Amouric

Mots-clefs

Bouches-du-Rhône, Le Puy-Sainte-Réparade, La Quille, fortification, castrum, époque médiévale