UMR 7298 • UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE • CNRS
LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE ET MODERNE EN MÉDITERRANÉE
Vous êtes ici : > Productions > Publications > L’entreprise minière de Brandes

L’entreprise minière de Brandes

XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans

Extraction et transformation de minerais argentifères

Eds Alpara / Maison de l'Orient et de la Méditerranée, 2019 - Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, n° 47 - 318 pages, ISBN 978-2-916125-13-8,
Marie-Christine Bailly-Maître (dir.)

 

Date de parution : 2019

 

L’objectif premier de cet ouvrage est de publier l’ensemble de la chaîne opératoire qui conduit de l’extraction du minerai jusqu’à la phase ultime d’enrichissement, c’est-à-dire le lavage. L’approche est à la fois historique, archéologique et archéométrique. Historique grâce à une relecture de l’ensemble des textes relatifs à Brandes, à partir d’un corpus enrichi par une recherche systématique dans des fonds encore non explorés, notamment en l’élargissant à l’ensemble du massif de l’Oisans, à la politique minière et monétaire des Dauphins et en intégrant les archives de la prévôté d’Oulx conservées aux archives de Turin (Italie). Cette documentation ne concerne pas stricto sensu la chaîne opératoire du traitement minéralurgique, mais elle permet de mieux connaître le site dans son ensemble et d’en appréhender l’importance. Archéologique, grâce à la fouille d’une partie importante du quartier industriel qui occupe l’extrémité occidentale du site. Les campagnes de terrain de ces quinze dernières années ont apporté des informations inédites sur le traitement du minerai grâce à la découverte des ateliers, des outils et des déchets correspondant aux différentes étapes de la chaîne opératoire. Un moulin hydraulique destiné au broyage du minerai, premier du genre fouillé et étudié pour le Moyen Âge, a été mis au jour. Il est désormais possible de proposer une restitution de l’organisation et du fonctionnement du quartier industriel. Archéométrique, enfi n, car des analyses ont été réalisées sur les minerais, sur les déchets de minéralurgie comme les sables de lavage, etc. La collaboration avec des géologues et des archéomètres a considérablement élargi le champ des connaissances. Pour autant, si l’essentiel de cet ouvrage est consacré à la chaîne opératoire du traitement d’un minerai polymétallique argentifère, il contient aussi les dernières avancées relatives à l’agglomération minière. En 1994, un premier volume de la collection des DARA faisait le point sur cette agglomération et sur les chantiers extractifs. Il a paru intéressant de contextualiser les acquis les plus récents en reprenant en partie certains aspects de l’agglomération et de la mine, ceci afi n de montrer à quel point Brandes est une cité ouvrière et combien ceux qui l’habitent sont au service de l’entreprise minière.

[4e de couv.]

 

Pour commander l'ouvrage sur le site de l'éditeur